Infologisme.com
English │ Français │
Accueil Démocratie Homo Sapiens Infologisme Planète Publication Société
Sujet Végétal Date 20-10-2009
Titre Aloé Véra - Aloe Vera Barbadensis Miller Section Planète
Article

Sommaire

1. Aloé Véra - Aloe Vera Barbadensis Miller
1.1 Composants de l’Aloé Véra
1.2 Botanique
1.3 Historique
1.4 Composition analytique
2. La Plante - Aloe Vera Barbadensis Miller
2.1 Composition de la feuille fraîche de l’Aloé Véra
2.2 Vertus de l’Aloé Véra
2.3 Propriétés de la pulpe de l’Aloé Véra
2.4 Les applications de l’Aloé Véra
2.5 Tout le monde peut-il utiliser l’Aloé Véra ?
2.6 Bibliographie
3. Textes et Éncartés
3.1 Table des matières des sujets


Avant-propos

En premier lieu, il est bon de rappeler que l’avis d’un Médecin est toujours plus judicieux qu’une automédication. Même si cette plante possède des propriétés extraordinaires pour l’humain, le savoir d’un Docteur en Médecine et d’un Docteur en Pharmacie sont irremplaçables.

La personne qui m’a fait connaître l’Aloe Vera Barbadensis Miller est une Pharmacienne Herboriste Diplômée, qui savait vraiment de quoi elle parlait. Il est à noter que l’Aloe Vera Barbadensis Miller et l’Aloe Ferox Miller sont des plantes très différentes pour la variance de leurs propriétés. Contrairement à l’Aloé véra qui fait l’objet parfois de cultures intensives, les Aloès poussent à l’état sauvage dans un environnement naturel, sans engrais chimiques, ni pesticide et herbicide, impossible d’avoir donc plus naturel.

Ce qui est primordiale pour la consommation de cette plante à vocation médicinale, soit en Jus ou en Gel, est que sa production ne soit pas traitée, qu’elle soit réellement biologique sans traitement de conservation comme la ionisation. Il faut aussi se méfier et évincer toute production lyophilisée et exporté en poudre du continent Américain et réhydraté localement avec de l’eau chlorée pour économiser le coût de transport.

Pour la culture de cette plante, il y a deux points de vues, celui des affairistes mercantiles qui sont prêts à toutes les ignominies de l’agro-alimentaire, dont la seule et unique motivation est de générer des profits aux mépris de la toxicité des végétaux produits, et celui du consommateur qui sont strictement à l’opposé qui veut consommer un produit propre. C’est bien une ineptie de produire un végétal à vocation médicinale avec des engrais chimiques, des pesticides et des herbicides. Car il n’est plus à démontrer que les végétaux absorbent les substances toxiques pour l’homme quand celui-ci met un agent de toxicité en contact avec un végétal.

Le plus rédhibitoire est de trouver une production Biologique naturelle de cette plante, après avoir lu moult étiquettes, bien qu’il y en ait certainement d’autres, mon choix c’est porté sur ces deux produits :

Usage interne :

Jus Bio de feuilles d’Aloé Véra à boire - Pur à 99,79 % Aloé Véra Natif

Usage externe :

Gel d’Aloé Véra - Pur à 98 % Aloé Véra Natif

De la Société TIROX Ciel d’Azur www.puraloe.com

Il est de loin préférable d’utiliser un Gel le plus pur possible pour la peau pour les propriétés intrinsèques de la plante, plutôt qu’un cosmétique avec un pourcentage ridicule d’Aloé Véra uniquement présent pour un Marketing discutable.


Eric Douzet - Infologisme.com


Aloé Véra
Aloé Véra


1. Aloé Véra
1.1 Composants de l’Aloé Véra Début de page

Le spectre exceptionnellement large de l’Aloé Véra repose sur les actifs vitaux principalement contenus dans la pulpe des feuilles. 200 substances différentes de cette plante contribuent à de nombreux effets positifs sur notre organisme. Ce n’est pas la quantité de chaque substance qui joue un rôle prépondérant, mais bien plus sa composition qui est optimale pour l’homme. C’est la synergie de tous les composants qui confère à l’ensemble de l’Aloé Véra son effet revitalisant, régénérant, cosmétique et curatif. Voici les principes actifs majeurs de la plante :

Acides aminés : Il existe 20 acides aminés différents qui, en tant que modules dans notre corps, fournissent des milliers de protéines et participent ainsi à la fabrication d’enzymes, d’hormones et d’anticorps et autres ainsi qu’à de nombreux procédés du métabolisme. Certains acides aminés ne peuvent pas être fabriqués par le corps. Ils sont qualifiés d’essentiels et doivent être fournis par l’alimentation. L’Aloès contient un minimum de sept acides aminés essentiels ainsi que d’autres non essentiels certes,mais non négligeables à l’organisme humain : alanine, arginine, acide d’aspartine, ½cystine, acide de glutamine, glycérine, histidine, hydroxyproline, isoleucine, lysine, méthionine, alaline de phényle, proline, sérine, thréonine, tryptophane, tyrosine et valine.

Enzymes : Les enzymes sont des actifs qui permettent, accélèrent ou bloquent la réaction chimique des cellules. Avec les vitamines, les minéraux et les oligo-éléments, ils prennent part à tous les processus biochimiques du corps humain. Les enzymes contenus dans l’Aloé Véra régularisent les fonctions de l’intestin et facilitent l’identification des substances alimentaires pour les rendre utiles à l’organisme. De plus, des experts sont d’avis que certains enzymes contenus dans l’Aloé Véra pourraient être en mesure de détruire des molécules nocives à l’homme, les radicaux libres : aliinase, amylase, bradykinase, catalase, cellulase, phosphokinase de créatinine, déhydrogénase de lactine, lipase, nucléotidase, oxidase, proténase, transaminase SGO et SGP.

Glucides : L’Aloé Véra contient des glucides qui se différencient selon le nombre de molécules dont ils sont composés : les monosaccharides comme le glucose, le mannose et xylose et les polysaccharides (aldonantose, cellulose, glucose, mannose, L-rhamnose, acemannan) qui sont composés de plusieurs oses assemblés comme par ex. l’acemannan qui contient de nombreuses unités de mannose. Les polysaccharides sont connus également sous forme de fibres alimentaires qui facilitent la digestion et qui peuvent lier les acides gastriques, le cholestérol ainsi que beaucoup d’autres substances nocives.

Acemannan : qui, chez les adultes ne peut pas se former seul, est un véritables polyvalent. En usage interne, il facilite à l’appareil digestif l’assimilation de vitamines, de minéraux et d’oligo-éléments, d’enzymes ainsi que d’autres substances naturelles importantes et renforce ainsi notre système immunitaire. Il a en outre un effet anti-inflammatoire et exerce une influence positive sur les muqueuses. en bref l’acemannan est bienfaisant pour l’état général et le bien-être. En usage externe, il est principalement utilisé pour son effet cicatrisant,soulageant, anti-inflammatoire, hydratant et régénérant au niveau des cellules. L’acemannan contient un ensemble impressionnant de molécules. Seul le traitement minutieux des feuilles fraîches de l’Aloé Véra permet de maintenir cet ensemble de molécules et donc garder son effet. L’acemannan apporte du tonus à notre système immunitaire.

Minéraux et oligo-éléments : Les minéraux et les oligo-éléments sont de nature anorganique. Ils doivent être fournis à l’homme par l’alimentation. Les minéraux et oligo-éléments contenus dans l’Aloès sont indispensables au métabolisme humain et en tant que module de notre organisme. Voici quelques minéraux et oligo-éléments importants : aluminium, calcium, oxalate de calcium, chlorure, chrome, cobalt, phosphore, potassium, cuivre, fer, magnésium, manganèse, sodium, sélénium, silicium, étain et zinc.

Vitamines : La plante fournit les vitamines suivantes; A (Elle joue un rôle prépondérant pour la vue et est nécessaire à la formation de globules rouges et d’hormones sexuelles ainsi que pour la croissance de la peau et des muqueuses.), C , E (adjonction d’E pour le processus de stabilisation), B1 (thiamine), B2 (riboflavine), B3 (niacine, niacinamide, B6 (pyridoxine), B12 (cyanocobalamine), folacine, acide folique et choline.

Acides gras : linol, linolène, myristine, capryline, oléine, palmitine, stéarine

Antiseptique : acide de cannelle, lupéol (acide salicylique naturel), phénol, saponines, urée d’azote, soufre, résistannol

Analgésique : lupeol, magnesium (lactaat), antraceen, anthranol, acide d’Aloétine , emodine et Aloé-emodine

Anti-inflammatoire : bradykinase, β-sitostérol, campestérol, cholestérol HDL, une composante nouvellement découverte à savoir acémannane (mannose-6-phosphate) démontre une stimulation du système immunitaire

Autres : aloïne, l’acide salicylique, les stérols, les hétérosides anthracéniques, barbaloïne, isobarbaloïne, acide de chrysophane, lactate de créatine, phosphatase alkalyque, phosphatase acide, huiles éthériques, lignine, triglycérides


1.2 Botanique Début de page

L’Aloès ou en latin Aloé Véra ou Aloé barbadensis ou Aloé vulgaris apartient à la famille des Liliacées (comme l’ail, la ciboulette, l’oignon, l’asperge, la tulipe, le lys) et fait partie de la classe des Monocotylédones.

On l’appelle donc communément l’Aloès ou également Lys du désert.

L’Aloé Véra est une plante arborescente de 60 à 80 cm de hauteur, aux racines peu profondes, dont la tige très courte et ligneuse porte un faisceau de feuilles charnues lisses de couleur verte, à section triangulaire, aux extrémités pointues, dont les plus grandes peuvent atteindre 80 cm de hauteur et 10 cm dans leur plus grande largeur avec des bords munis d’épines jaune clair.

La coupe transversale d’une feuille permet de distinguer, de l’extérieur vers l’extérieur : la cuticule, une couche épidermique, un derme cellulosique où circule une sève rouge brunâtre, le « sang » de l’Aloès, et enfin au centre une pulpe épaisse, parenchyme mucilagineux incolore qui est le précieux jus utilisé pour ses salutaires vertus.

Les fleurs, réparties sur deux ou trois hampes (chacune en portant plusieurs dizaines), pendantes et tubuleuses en forme de petites trompettes de couleur jaunâtre, éclosent successivement. Le fruit est une capsule.

A l’état naturel, l’Aloé Véra pousse sur des terrains sablonneux et calcaires de régions semi-désertiques au climat chaud et sec.

Sa reproduction s’opère par graines ou plus aisément par les rejets (stolons) qui poussent autour de son pied. Facile à cultiver, il est aujourd’hui planté industriellement sur de vastes étendues dans de nombreux pays : Etats-Unis, Mexique, Caraïbes, Philippines, Espagne, France, Pays du Maghreb, etc.


1.3 Historique Début de page

Depuis au moins 5000 ans, à des époques différentes et dans des régions du monde fort éloignées les unes des autres, l’homme a toujours utilisé l’Aloès pour prévenir ou soigner nombre de ses maux. En effet, maintes preuves archéologiques et historiques témoignent de ses multiples et identiques usages médicinaux dans toutes les grandes civilisations sans aucune exception.

– Civilisation Sumérienne : on retrouve les premières traces de l’usage thérapeutique de l’Aloès sur des tablettes d’argile gravées en caractères cunéiformes remontant au 3ème millénaire avant JC, découverte dans les ruines de Nippur.

– Civilisation Chinoise : Le Pen T’sao, l’un des premiers ouvrages sur les plantes médicinales, qui date également du 3ème millénaire avant JC, et surtout l’illustre Li Che Tchen qui a révisé ce traité au 16ème siècle, classe l’Aloès parmi les plantes aux vertus thérapeutiques majeures sous l’appellation de « Remède d’harmonie » et la considère comme la plante spécifique du traitement des brûlures et des affections de la peau.

– Civilisation Mésopotamienne : l’Aloès apparaît encore sur des tablettes d’argile gravées en caractères cunéiformes, remontant au 2ème millénaire avant JC, découvertes dans les ruines de l’antique Elba en 1973.

– Civilisation Égyptienne : avec le fameux papyrus d’Elbers (nom de celui qui l’a déchiffré après sa découverte dans les ruines de Louksor) écrit à Thèbes au cours du 2ème millénaire avant JC, le plus ancien document de la médecine égyptienne parvenu jusqu’à nous. Cet ouvrage, qui a pour titre : Livre de préparation de médicaments pour toutes les parties du corps humain, reproduit en signes hiéroglyphes de nombreuses formulations à base d’Aloès.

– Civilisation Arabe : dès le 6ème siècle avant JC, elle fut la première à produire des extraits commerciaux d’Aloès à base de sève et pulpe mélangées. Ces extraits résineux, qui servaient surtout de laxatif, mais aussi bien à d’autres usages internes et externes, ont largement contribué à la diffusion de l’Aloès dans de nombreux pays du Moyen-Orient et d’Asie.

– Civilisation Indienne : l’Aloès figure en bonne place parmi les plantes majeures citées dans les textes fondamentaux de l’Hindouisme consacrés aux plantes et aux préparations secrètes destinées à soigner toutes sortes de maladies sous l’appellation de « Guérisseur silencieux ».

– Civilisation Gréco-romaine : Hippocrate (père fondateur de notre médecine occidentale), Aristode, Celsus, Dioscoride (l’auteur du célèbre De Materia Medica, qui restera le livre de référence en matière de médecine par les plantes jusqu’au 15ème siècle), Pline l’Ancien, Galien, et bien d’autres illustres médecins ou savants de l’Antiquité, signalent tous l’intérêt de l’Aloès comme laxatif, comme coagulant du sang, pour soigner les contusions, les blessures oculaires, pour soulager les ulcères génitaux, pour arrêter la chute des cheveux, pour embellir la peau, etc.

– Civilisation Africaine, amérindienne et autres : même s’il n’existe pas de traces écrites très anciennes, il est pratiquement certain que l’usage traditionnel de l’Aloès, toujours présent de nos jours par transmission orale, tire ses racines de temps extrêmement lointains.

– Civilisation Européenne : l’utilisation de l’Aloès, introduit et utilisé assez tardivement (seulement à l’époque de la Renaissance), restera pratiquement cantonnée à ses propriétés laxatives jusqu’à la fin du 19ème siècle, époque où l’on commence enfin à parler de quelques autres vertus, alors que, dans le m ême temps, il continue d’être abondamment utilisé dans tous les pays où il pousse à l’état sauvage.

– Epoque Contemporaine : depuis une cinquantaine d’années, cette longue histoire universelle de l’Aloès retient définitivement l’attention d’éminents chercheurs, notamment Russes et Américains et donne lieu à de nombreux travaux analytiques et pharmacologiques, cliniquent qui confirment les usages médicaux de toutes les traditions ancestrales et en découvrent même d’autres. Mais ce n’est vraiment qu’après 1968 , avec l’aboutissement des recherches d’un pharmacien Texan aux Etats-Unis, Bill Coats sur la stabilisation de la pulpe fraîche de l’Aloé Véra que cette plante va connaître l’essor qu’on lui connaît aujourd’hui dans le monde entier. En effet, sans la mise au point d’un tel procédé, aucune possibilité de commercialisation à grande échelle n’aurait été possible.

C’est ainsi que la pulpe de l’Aloé Véra, dorénavant scientifiquement connue et reconnue, tout en continuant à être étudiée dans de nombreux pays, est utilisée actuellement par une multitude de gens avec une grande facilité et une excellente efficacité.


1.4 Composition analytique Début de page

L’analyse chimique de la feuille d’Aloé Véra commence après 1850 avec l’isolement du principal principe actif de sa sève qui fut dénommé : aloïne, substance à l’origine de ses propriétés digestives (stomachique, cholagogue et laxative) qui étaient les seules officiellement reconnues par la médecine de l’époque.

Ce n’est que beaucoup plus tard, après 1930, que de nouvelles recherches analytiques tentent de trouver les autres principes actifs susceptibles d’expliquer ses nombreuses autres vertus en rapport avec le gel de sa pulpe fraîche. Sa composition se complète alors progressivement au fil des années avec l’évolution des moyens techniques d’analyse de plus en plus performants, dont disposent les chercheurs.

C’est ainsi qu’actuellement, sans pouvoir dire que l’on ne trouVéra pas de nouvelles substances actives, on peut considérer que la composition de la feuille d’Aloé Véra est pratiquement connue en totalité pour ce qui est de ses composants actifs les plus essentiels.

Compte tenu de la variabilité de certains pourcentages quantitatifs tributaires de la variété d’Aloé Véra, de la nature du sol, des conditions météorologiques, des méthodes d’extraction, etc., seule la composition qualitative sera donnée telle qu’elle ressort des derniers travaux réalisés en la matière.


2. La Plante - Aloe Vera Barbadensis Miller
2.1 Composition de la feuille fraîche de l’Aloé Véra Début de page

– Dérivés anthracéniques (spécifique de la sève)
– Mono et polysaccharides : cellulose, glucose, mannose, aldonentose etc.
– Acides aminés : acide glutanique, acide aspartique, alanine, arginine, cystine, glycine ou glycocolle, histidine, isoleucine, leucine, lysine, méthionine, phénylalanine, proline, sérine, thréonine, tyrosine et valine. Il est important de noter que cette liste comprend 7 des 8 acides aminés indispensables à la vie que l’organisme ne peut pas synthétiser et qu’il faut donc trouver journellement dans l’alimentation.
– Minéraux et oligo-éléments : calcium, chlore, cuivre, chrome, fer, lithium, magnésium, manganèse, phosphore, potassium, sodium, zinc, pour ne citer que les principaux.
– Vitamines : A, B1, B2, B3, B6, B9, B12, C, E.
– Enzymes ou diastases : amylase, catalase, cellulase, lipase, oxydase et phosphatases qui ont des rôles spécifiques de catalyseurs dans de nombreuses réactions chimiques organiques essentielles.
– Autres constituants : Aloèsine, Aloénine, acide cinnamique, acide chrysophanique, résistanol (dérivé alcoolique de l’acide cinnamique), lignine, saponines, choline, (dont l’action participe à la régulation du taux de cholestérol dans le sang, au bon fonctionnement du foie et aux processus de mémorisation), huiles volatiles, etc.


2.2 Vertus de l’Aloé Véra Début de page

Il est désormais établi que l’Aloé Véra possède de nombreuses propriétés fort utiles à la santé. Ne figure ici que celles qui sont parfaitement confirmées à ce jour.

De récentes recherches ont démontré que l’Aloé Véra hydrate la peau grâce à un pourcentage en eau très élevée. L’Aloé Véra pénètre beaucoup plus facilement la peau que l’eau. Il traverse facilement l’épiderme pour aller nourrir le derme et l’hypoderme et activer la micro circulation sanguine grâce à sa richesse en vitamines et en acides aminés. L’Aloe Véra nourrit et régénère la peau, elle aide a lutter contre le vieillissement.

Les polysaccharides présents dans l’Aloé Véra explique cela. En raffermissant l’épiderme, le teint rajeunit et la peau est ainsi mieux protégée contre les agressions externes.

L’Aloe Véra stimule ainsi une action hydratante, nutritive, profonde et durable. Les cremes Aloe Véra concentrent les vitamines et les sels minéraux indispensables à la bonne santé de votre peau. C’est le cosmétique idéal pour tous les types de peaux également les plus sensibles et délicates. Dans le Psoriais et l’Eczema, l’Aloe Véra est reconnu comme un traitement paliatif.

L’Aloès concentre la plupart des vitamines, notamment A, E et du groupe B, celles qui concernent la peau et les cheveux. Il est riche aussi de tous les sels minéraux indispensables : phosphore, potassium, calcium, chlore, fer, zinc... Bref, l’Aloès, par sa composition, possède des propriétés très intéressantes pour la peau : cicatrisation, régénération cellulaire, hydratation cutanée, anti-inflammatoire, antibiotique. C’est pourquoi les cosmétiques à base d’Aloès sont particulièrement conseillés dans les cas de prurit, d’eczéma, de petites blessures, d’irritation, de mycoses et même de boutons de fièvre ou d’herpès !


2.3 Propriétés de la pulpe de l’Aloé Véra Début de page

2.3.1 Dermatologiques, du fait de ses actions : hémostatique, anesthésique, bactéricide, cicatrisante et anti-inflammatoire (liées à nombre de ses composants, agissant vraisemblablement en parfaite synergie) qui sont toutes fondamentales pour obtenir rapidement la guérison d’une grande part de la pathologie cutanée traumatique (blessures, brûlures, irritations, etc.) ou non traumatique (les dermatoses en général).

2.3.2 Nutritionnelles : dans le cadre de la complémentation alimentaire, la pulpe de l’Aloé Véra apporte un appoint en éléments vitaux (acides aminés, minéraux et oligo-éléments, vitamines, etc) quantitativement peu important mais qualitativement d’une très grande richesse. Cette richesse qualitative débouche sur une bonne rééquilibration organique et augmente la résistance du terrain biologique, lui permettant ainsi de mieux résister aux agressions de toutes sortes (microbiennes, stress, etc.) dont il est en permanence l’objet.

2.3.3 Cosmétologiques du fait de ses extraordinaires actions cutanées : rééquilibration du pH cutané, desquamation des cellules mortes de l’épiderme, hydratation et nourrissement de la peau en profondeur, stimulation de la multiplication cellulaire des fibroblastes du derme, qui font de la pulpe de l’Aloé Véra un véritable « régénérant » cutané. Actions auxquelles s’ajoutent encore ses propriétés : astringente, adoucissante et protectrice, qui en font l’un des plus remarquables produits naturels de beauté que l’on puisse trouver.

2.3.4 Digestives : notamment une bien meilleure digestion des aliments (grâce aux nombreuses enzymes qu’elle contient) avec diminution des putréfactions intestinales ainsi qu’une légère action apéritive et une action tonifiante sur les intestins susceptible de régulariser un transit intestinal ralenti, mais sans action laxative proprement dite.

2.3.5 D’autres propriétés très importantes (anti-ulcéreuse gastrique, anti-diabètique, etc.) sont en cours d’études et en voie d’être reconnues.


2.4 Les applications de l’Aloé Véra Début de page

Indications de la pulpe d’Aloé Véra

2.4.1 Indications générales (par voie buccale)

– Etats de fatigue
– Etats carentiels
– Terrains déficients

2.4.2 Indications particulières par voie buccale ou locale

– Sphère cardio-vasculaire (par voie buccale) : hypercholestérolémie et artériosclérose avec ses conséquences cardio-cérébrales.
– Sphère digestive (par voie buccale) : ballonnements et flatulences, mauvaise haleine d’origine digestive, irritation colique, constipation fonctionnelle.
– Sphère ostéo-ligamentaire (par voie locale externe) : foulures, entorses, tendinites (en association, le plus souvent avec l’application de glace ou d’aimants).
– Sphère dermatologique (par voie locale externe) qui constitue le champ d’action priviligié de la pulpe d’Aloé Véra :
brûlures à tous les degrés (dont les coups de soleil qui sont des brûlures au 1er dégré) et quelles qu’en soient les causes : feu, liquides bouillants, électricité, rayons X, etc.
– Engelures, gerçures et crevasses.
– Ampoules, rougeurs (érythèmes) et irritations cutanées en général, notamment l’érythème fessier du nourrisson.
– Écorchures, coupures et blessures dans leur ensemble ainsi que les contusions (bien nettoyer la plaie avant l’application).
– Ulcères variqueux et ulcérations en général, ainsi que toutes les cicatrisations lentes et difficiles.
– Vergétures (préventivement et curativement)
– Piqûres d’insectes et prurits de localisation diverses (y compris le prurit anal et le prurit vulvaire chez la femme).
– Psoriasis, lupus érythémateux et certaines formes d’eczéma.
– Herpès buccal et génital.
– Séborrhée du cuir chevelu, états pelliculaires et chute anormale des cheveux.
– Vieillissement prématuré de la peau (préventivement et curativement).
– Sphère ophtalmologique (par voie locale externe) : fatique oculaire, orgelet, conjonctivite, cataracte.
– Sphère stomatologique (par voie locale interne) :
– Inflammation des gencives (gingivites), de la langue (glossites) et de la muqueuse buccale (stomatites).
– Suites opératoires d’extraction dentaire ou parodontales et hygiène bucco-dentaire habituelle.
– Sphère endocrinienne (par voie buccale) : suite à une expérimentation sur 5000 patients ayant duré 5 ans, la pulpe fraîche de l’Aloé Véra incorporée à l’alimentation semble apporter une nette amélioration du diabète gras. Cette importante étude demande toutefois à être confirmée par d’autres travaux.


2.5 Tout le monde peut-il utiliser l’Aloé Véra ? Début de page

L’utilisation de la pulpe fraîche ou de produits en contenant sous forme stabilisée : à la lumière des travaux scientifiques publiés ces vingt dernières années, et des innombrables témoignages, dignes de foi d’utilisateurs des quatre coins du monde accumulés jusqu’à aujourd’hui, il apparaît que la pulpe de la feuille d’Aloé Véra :

– est dénuée de toute toxicité et d’une totale innocuité
– n’a aucune incompatibilité avec d’autres thérapeutiques
– ne présente aucune contre-indication
– ne provoque aucun effet secondaire dans le cadre des modalités d’utilisation recommandées.

Elle peut donc être utilisée à tout âge et en toutes circonstances sans la moindre arrière-pensée quelle que soit sa forme de présentation.

Une seule petite restriction qui concerne les terrains allergiques. Tout en étant rarissime, il arrive que l’application de certaines préparations à base de pulpe d’Aloé Véra provoque une petite allergie cutanée (éruption, démangeaisons, etc.) Il faut savoir que, le plus souvent, ce n’est pas la pulpe qui est en cause mais une substance d’accompagnement. Pour s’en assurer, il suffit de faire un test avec de la pulpe fraîche : s’il ne se passe rien, ce n’est pas elle qui est en cause et il faut essayer une autre spécialité : si les troubles réapparaissent de façon identique, c’est bien elle la responsable et il est alors préférable d’éviter tout usage externe quelle que soit sa forme de présentation.


2.6 Bibliographie Début de page

Extrait du livre « L’Aloès pour votre santé » du Dr Donadieu de la Faculté de Médecine de Paris.






3. Textes et Éncartés

3.1 Table des matières des sujets Début de page

Choix de l’Aloé Véra et où le trouver ?

Si vous habitez dans les régions où l’Aloé Véra pousse à l’état sauvage, vous n’aurez aucune difficulté à en avoir toujours sous la main.

Mais, pour la plupart, il est nécessaire de recourir à des formes commerciales spécialisées, beaucoup mieux adaptées. Ceci étant, la vogue récente de l’Aloé Véra a donné et donne toujours lieu à de nombreuses spécialités dont beaucoup ne sont pas toujours irréprochables, même si elles affichent Aloès en gros caractères sur leurs emballages.

Il faut donc vous assurer du pourcentage existant dans la composition du produit que vous allez acheter. Ce pourcentage (quand il est mentionné, car ce n’est pas toujours le cas et il y a lieu alors d’être très méfiant) peut aller de 1 à 100 %, ce dernier étant évidemment celui dont il faut se rapprocher pour être au plus près de l’action de la pulpe fraîche.

Choisissez toujours de la pulpe d’Aloé Véra stabilisée comportant un pourcentage de pulpe se rapprochant le plus possible de 100 % (attention à la mention Aloé Véra 100 % stabilisée, qui signifie en fait que l’Aloé Véra utilisé, quelque soit son pourcentage, même homéopathique, est stabilisé à 100 %) et portant sur leurs emballages le label I.A.S.C. (International Aloé Science Concil), organisme officiel de contrôle des grands manufacturiers pour éviter certains abus commerciaux en la matière, label qui atteste que la spécialité concernée répond bien aux normes optimales de qualité pour tous les paramètres qui conditionnent son efficacité.

Si aux Etats Unis, on trouve de l’Aloé Véra dans n’importe quelle pharmacie, drugstore ou magasin d’alimentation naturelle, il n’en est pas de même en France où il faut encore vraiment chercher pour trouver des produits de qualité contrôlée qui offrent toutes les assurances d’une bonne efficacité.


Référence publication :
Divers Sites Web
Auteur
Eric Douzet Début de page
Infologisme.com v. 1.2.0 © 2004-2014, tous droits réservés  -  Mise à jour le 02 Juin 2013  -  PageRank Hosted site by C-extra.com